Tout ce qu’il faut savoir sur Haïti (Histoire, Culture etc.)

Tout ce qu'il faut savoir sur Haïti Culture, Histoire, Musique, Gastronomie, etc

Toponymie

Le nom d’Haïti vient d’Ayiti, ou Terre des hautes montagnes, nom que donnaient à l’île ses premiers habitants, lesTaïnos, du groupe des Arawaks.  

Le pays situé sur l’île d’Hispaniola dans l’archipel des Grandes Antilles de la mer des Caraïbes, à l’est de Cuba et de la Jamaïque et au sud des Bahamas et des îles Turques et Caïques . Il occupe les trois huitièmes ouest de l’île qu’il partage avec la République dominicaine. Au sud-ouest se trouve la petite île de Navassa Island, qui est revendiquée par Haïti mais est contestée en tant que territoire des États-Unis sous administration fédérale.

Haïti a une superficie de 27 750 kilomètres carrés (10 714 milles carrés), le troisième plus grand pays des Caraïbes en termes de superficie, et compte une population estimée à 11,4 millions d’habitants, ce qui en fait le pays le plus peuplé des Caraïbes.

Histoire d’Haïti

L’île d’Hispaniola a été envahie par les colons Espagnols apres l’arrivé de Christophe Colomb en 1492. Elle est alors habitée par deux populations autochtones: les Arawaks et les Caraïbes. Toutes deux seront rapidement décimées par les travaux forcés (extraction d’or) auxquels les Espagnols les soumettent. Pour remplacer cette main d’œuvre, les colons font appel à des esclaves africains. 

L’île d’Hispaniola a été envahie par les colons Espagnols apres l'arrivé de Christophe Colomb en 1492

Au milieu du XVIe siècle, le filon aurifère s’épuisant, les Espagnols concentrent leurs efforts sur la partie ouest de l’île. Malgré leurs efforts pour les repousser, ce sont alors les Français qui s’installent sur les terres abandonnées par les Espagnols. Ces nouveaux colons ont eux aussi recours aux esclaves africains, cette fois pour travailler dans les plantations de sucre et de café.

En 1697, les Espagnols reconnaissent la souveraineté des Français sur la partie occidentale de l’île. Ces derniers y fondent en 1749 leur capitale, Port-au-Prince. De toutes les colonies européennes du Nouveau Monde, celle qu’on appelait alors «la Saint-Domingue française» devient la plus lucrative, devançant même les États-Unis. À la fin du XVIIIe siècle, 700’000 esclaves noirs sont employés dans les plantations, encadrés par 30’000 Blancs.

L’heure de la révolte

En 1791, les Noirs commencent à se révolter, menés par leurs chefs, Jean-Jacques Dessalines, Henri Christophe, Alexandre Pétion et Toussaint Louverture qui, après s’être brièvement rallié au gouvernement français reprend les armes contre la France. Le terme de cette guerre de libération est marqué par la capitulation de l’armée française en 1803. L’indépendance est proclamée quelques mois plus tard, faisant de Haïti la première république noire libre.

Si la déclaration de l’Acte d’indépendance rédigée en 1804 stipule l’intention «…d’assurer à jamais aux indigènes d’Haïti un gouvernement stable», les faits la contrediront grandement. Entre 1804 et 1957, sur 36 chefs d’État, 24 seront assassinés ou renversés. Le premier d’entre eux, Jean-Jacques Dessalines, ne reste en poste que deux ans, jusqu’à son assassinat. Le record de longévité est tenu par Jean-Pierre Boyer qui, après avoir annexé la partie espagnole de l’île, gouverna pendant 25 ans.

En 1825, Charles X, roi de France, reconnaît enfin l’indépendance du pays. Mais pas gratuitement. Il exige le payement d’une indemnité de 150 millions de francs-or. Après négociation, la somme est réduite à 90 millions. Malgré de nouveaux impôts, aussi lourds qu’impopulaires, il faudra plus de cent ans à Haïti pour s’acquitter de cette dette.

Après son indépendance, Haïti a éclaté en deux régimes politiques distincts qui se sont finalement unifiés en 1820. En 1822, Haïti a pris le contrôle de Saint-Domingue, la partie orientale d’Hispaniola. En 1844, cependant, Saint-Domingue se sépare d’Haïti et devient la République dominicaine. Pendant ce temps et jusqu’en 1915, Haïti a subi 22 changements dans son gouvernement et a connu le chaos politique et économique. En 1915, l’armée américaine est entrée en Haïti et y est restée jusqu’en 1934, date à laquelle Haïti a de nouveau réclamé son indépendance. 

La période après l’indépendance

Peu de temps après avoir recouvré son indépendance, Haïti a été dirigé par une dictature mais de 1986 à 1991, il a été dirigé par divers gouvernements temporaires. En 1987, sa constitution a été ratifiée pour inclure un président élu comme chef de l’État, mais aussi un premier ministre, un cabinet et une cour suprême. Le gouvernement local a également été inclus dans la constitution via l’élection des maires locaux.

La dictature des Duvaliers en Haiti - Histoire
Francois Duvalier tenant le fusil et son Fils Jean Claude Duvalier, le jeune garçon à l’extrémité – La dictature des Duvaliers

Depuis les années 1990, Haïti a connu divers changements politiques et a été relativement instable tant sur le plan politique qu’économique. La violence s’est également ensuivie dans la plus grande partie du pays.

En plus de ses problèmes politiques et économiques, Haïti a été touchée par une catastrophe naturelle lorsqu’un tremblement de terre de magnitude 7,0 a frappé près de Port-au-Prince le 12 janvier 2010. Le nombre de morts du tremblement de terre s’élevait à des milliers, et une grande partie de l’infrastructure du pays a été endommagée alors que son le parlement, les écoles et les hôpitaux se sont effondrés.

Plus de 250,000 morts enregistrés dans le séisme du 12 janvier 2010 en Haïti

Gouvernement d’Haïti

Aujourd’hui, Haïti est une république avec deux corps législatifs. Le premier est le Sénat, qui comprend l’Assemblée nationale, tandis que le second est la Chambre des députés. Le pouvoir exécutif d’Haïti est composé d’un chef d’État, dont le poste est occupé par le président, et d’un chef de gouvernement, qui est occupé par le premier ministre. Le pouvoir judiciaire est composé de la Cour suprême d’Haïti.

Économie d’Haïti

Parmi les pays de l’hémisphère occidental, Haïti est le plus pauvre puisque 80% de sa population vit en dessous du seuil de pauvreté. La plupart de ses habitants contribuent au secteur agricole et travaillent dans l’agriculture de subsistance. Cependant, bon nombre de ces fermes sont vulnérables aux dommages causés par les catastrophes naturelles, aggravés par la déforestation généralisée du pays. Les produits agricoles à plus grande échelle comprennent le café, les mangues, la canne à sucre, le riz, le maïs, le sorgho et le bois. Bien que l’industrie soit petite, le raffinage du sucre, les textiles et certains assemblages sont courants en Haïti. 

Géographie et climat d’Haïti 

Haïti est un petit pays situé à l’ouest de l’île d’Hispaniola et à l’ouest de la République dominicaine. Il est constitué a deux tiers de montagnes, le reste du pays comprend des vallées, des plateaux et des plaines. Le climat d’Haïti est principalement tropical mais il est également semi-aride à l’est, où ses zones montagneuses bloquent les alizés. Il convient également de noter qu’Haïti se trouve au milieu de la région des ouragans des Caraïbes et est soumis à de violentes tempêtes de juin à octobre. Haïti est également sujet aux inondations, aux tremblements de terre et aux sécheresses.

Culture

Gastronomie Haitienne

La cuisine haïtienne mélange les influences natives françaises, africaines, espagnoles et taïnos de chacun des groupes culturels qui ont joué un rôle important tout au long de l’histoire du pays. Bien qu’il présente des similitudes avec la cuisine créole des Caraïbes latines, il possède également ses propres saveurs et plats uniques.

Les poivrons et les herbes sont utilisés pour créer des saveurs africaines audacieuses, tandis que les épices comme les clous de girofle et l’anis étoilé ajoutent une chaleur aux ragoûts haïtiens. Mais il y a aussi une touche de sophistication française, ainsi que des influences levantines dues à la migration arabe plus récente dans le pays. La base de saveur haïtienne connue sous le nom d’épice constitue la base de nombreux plats, comprenant des oignons verts, du thym, du persil, des poivrons et de l’ail. 

Influences indigènes et coloniales dans la cuisine haïtienne

Le peuple Taino habitait Haïti avant l’arrivée des Européens et c’est d’eux que l’on pense que le barbecue est originaire. Après l’arrivée de Christophe Colomb dans les Amériques, des explorateurs espagnols ont rapporté avoir vu des Haïtiens indigènes rôtir de la viande animale sur un gril, les flammes montantes et la fumée lui donnant une saveur distincte. En fait, le mot « barbecue » serait dérivé du mot taino « barabicu ».

Les Espagnols ont été les premiers Européens à coloniser ce qui est devenu l’Hispaniola lorsque Christophe Colomb a débarqué à Môle Saint-Nicolas en 1492. Des plantations de sucre ont été établies et le peuple Taino a d’abord été utilisé comme main-d’œuvre esclave, cependant, les maladies infectieuses ont rapidement tué un grand nombre d’esclaves. ont été expédiés d’Afrique pour poursuivre le travail. Ils ont apporté avec eux du gombo et du taro aux légumes-racines, ainsi que des akées et de nombreuses épices. 

À la fin du XVIIe siècle, les Français avaient acquis la partie ouest d’Hispaniola et continuèrent la culture de la canne à sucre, ainsi que du café, du coton et du cacao. Les fromages, pains et desserts français ont survécu en tant qu’héritage de cette période, bien qu’Haïti devienne une nation indépendante en 1803. 

Plats et collations haïtiens populaires 

L’un des plats les plus populaires en Haïti est le riz collé aux pois ou riz national – du riz aux haricots rouges – qui est généralement servi avec du vivaneau, des tomates, des oignons et de la sauce. Il est parfois accompagné d’un ragoût de viande appelé bouillon à base de chèvre ou de bœuf, accompagné de pommes de terre, de tomates et d’épices. Une autre variante du riz et des haricots dans la cuisine haïtienne est la sauce pois – une purée de haricots noirs, rouges ou blancs qui est généralement servie sur du riz blanc.

Fruits de mer en Haïti 

Lorsqu’il s’agit de plats de fruits de mer, la conque fait régulièrement son apparition sur les menus, souvent grillée (lanbi boukannen) ou servie dans une sauce créole (lanbi an sòs lanbi kreyol). Le homard est également largement disponible dans les régions côtières, en particulier autour de Jacmel, tandis que le ragoût de crabe et de feuilles de lalo de diri ak fèy lalo ak sirik est une spécialité de l’Artibonite.

Plats de légumes en Haïti

En termes de plats de légumes, le  légume haïtien est parmi les plus consommés, avec des aubergines, du chou, des épinards, des oignons et d’autres légumes disponibles cuits dans un ragoût épais et parfumé aux épices, à l’ail et à la pâte de tomate. Il est généralement servi avec du riz, mais parfois avec du mais moulin (bouillie de semoule de maïs) ou du petit mil (mil cuit).

L’igname, la pomme de terre et le fruit à pain sont d’autres féculents qui figurent dans la cuisine haïtienne et sont souvent servis avec une sauce à base de tomates, d’épices et de poisson séché. Les spaghettis sont un aliment populaire pour le petit-déjeuner et sont généralement servis avec des harengs séchés et des saucisses à hot-dog dans une sauce tomate.

Cuisine de rue en Haïti 

Le bœuf haché, le poulet, la dinde, la morue salée et le hareng fumé sont tous utilisés pour créer des pâtés haïtiens (galettes), tandis que les beignets d’akra frits, les boulettes marinées et les bananes pesées sont d’autres collations fritay populaires vendues par les vendeurs de rue.

Desserts dans la cuisine haïtienne

La canne à sucre a longtemps servi de base à de nombreux desserts haïtiens, bien que le sucre cristallisé soit de plus en plus courant de nos jours. Les friandises glacées pilées connues sous le nom de fresko sont vendues par les vendeurs de rue à travers le pays, avec un sirop épais et sucré ajouté sur le dessus, tandis que le pain patate peut également être trouvée partout. Il est composé de patates douces, de cannelle et de lait évaporé qui est cuit dans un pain moelleux, avec le milkshake de maïs épais connu sous le nom d’akasan utilisant des ingrédients similaires.

La ville haïtienne de Petit-Goâve est particulièrement réputée pour son dous makos, tandis que les noix de cajou sont utilisées comme base pour la friandise cassante connue sous le nom de tablèt nwa qui est une spécialité de la ville de Cavaillon.

Boissons haïtiennes

Le climat caribéen d’Haïti se traduit par une abondance de fruits tropicaux, des mangues et des ananas aux noix de coco et aux avocats largement disponibles. Les jus de fruits fraîchement pressés sont un aliment de base dans tout le pays, ainsi que les boissons maltées à base d’orge non fermentée et de mélasse.

En ce qui concerne les boissons alcoolisées, la bière Prestige est la bière blonde la plus consommée, tandis que le rhum reste l’une des exportations les plus importantes du pays. Plutôt que d’utiliser de la mélasse, le rhum haïtien se distingue en ce qu’il est fabriqué avec du jus de canne à sucre et vous pouvez visiter les distilleries pour en apprendre davantage sur le processus de production.

Musique haitienne

La musique haïtienne a été influencée par de nombreuses sources différentes au cours des 400 dernières années. Le peuple indigène des Caraïbes appelé « Taino » avait son propre style de musique. Bien que la plupart des Taino aient été tués par des propriétaires d’esclaves espagnols, il y avait une certaine influence de leur musique transmise aux éventuels esclaves africains qui ont été amenés sur l’île des années plus tard.

La musique haïtienne moderne a des éléments et des rythmes espagnols, français et africains. Haïti a des styles de musique uniques que l’on ne trouve nulle part ailleurs, tels que la musique twoubadou, le créole hip hop, la musique de défilé rara, la musique de danse meringue et la musique de danse Kompa. Une grande partie de cette musique est entendue lors de festivals et de célébrations, tels que le jour de l’indépendance et le jour de l’An le 1er janvier de chaque année. 

Quant à la musique traditionnelle haïtienne, l’influence des esclaves africains et des colons européens a eu l’effet le plus profond sur elle. Les deux principales formes de musique haïtienne sont la musique folklorique et la musique populaire. 

Musique folklorique

La musique folklorique est un type de musique qui provient d’une culture ou d’une société particulière. La musique folklorique haïtienne est évidemment différente de la musique folklorique d’autres pays. Les trois principaux styles de musique folklorique haïtienne sont Meringue, Rara et Twoubadou. 

La Meringue utilise les sons et les rythmes de la guitare dans sa musique. D’autres instruments acoustiques peuvent également être utilisés, notamment le luth, le piano et une variété de cors et d’instruments à cordes. 

Le rara est une musique de festival haïtienne qui est jouée dans les rues pendant les grandes vacances, en particulier pendant la semaine de Pâques. Il y aura des défilés avec des véhicules avec des musiciens jouant de leurs trompettes cylindriques en bambou, tambours, guiras, guiros et maracas.

Le Twoubadou haïtien est l’un des types les plus renommés de la musique folklorique haïtienne. Il a été développé au début du 20ème siècle comme une combinaison de meringue et de guajiro cubain. L’interprète jouera généralement de la guitare tout en chantant une chanson sur l’amour. Les paroles sont généralement suggestives, avec une combinaison d’humour et d’amertume. 

Musique populaire

Au cours des années 1950, un saxophoniste et guitariste haïtien nommé Nemours Jean-Baptiste a créé une version unique de la meringue appelée Compas. C’est un style de musique de danse qui s’est rapidement répandu en dehors d’Haïti vers l’Amérique du Nord, l’Amérique du Sud, le Canada, la France, les Caraïbes et l’Afrique. Le mot « Compas » vient du mot espagnol qui signifie « rythme ». C’est la base d’une grande partie de la musique caribéenne créée et jouée dans toute la région des Antilles. 

Le mini-jazz est dérivé du Compas haïtien dans les années 1960. Des groupes de rock haïtiens ont expérimenté l’utilisation de deux guitares, d’un tambour-conga-cloche et d’une basse avec un saxophone alto. Vous entendiez souvent ces groupes jouer de la musique dans les quartiers de la capitale Port-au-Prince. 

Le groupe Compas « Shleu-Shleu » est crédité d’avoir lancé la tendance Mini-jazz dans les années 1960. C’est la musique populaire qui a popularisé la classe moyenne haïtienne et leur a donné une voix plus grande que jamais auparavant. La tendance du mini-jazz s’est poursuivie dans les années 1970 après la formation de plusieurs groupes de mini-jazz, dont Volo Volo de Boston et Tabou Combo.

Le carnaval haïtien

Si vous êtes un touriste qui souhaite découvrir la musique haïtienne de première main, prévoyez de visiter Haïti en janvier et février. Le Carnaval haïtien est une célébration de diverses traditions chrétiennes et catholiques romaines, telles que le Mardi Gras et le Mercredi des Cendres. Assurez-vous de visiter Port-au-Prince car c’est là que tous les grands défilés, danses et musiques seront exécutés.

Une autre grande chose à propos du Carnaval haïtien est qu’il donne aux musiciens novices en Haïti une chance de montrer leurs talents devant de grandes foules. C’est le seul véritable moyen pour un musicien haïtien de démontrer ses compétences à un grand nombre de personnes. Comme les concerts de musique ne sont pas trop fréquents dans le pays, les vacances sont le seul moment pour organiser un véritable spectacle musical. 

Personnages célèbres d’Haïti 

Jean Wyclef
Artiste hip-hop

Wyclef Jeanelle Jean est un rappeur, auteur-compositeur-interprète, musicien, producteur de disques et homme politique, trois fois lauréat d’un Grammy Award. 

Toussaint Louverture
Politicien

François-Dominique Toussaint Louverture, également Toussaint Bréda, Toussaint-Louverture, ou Toussaint L’ouverture, était le chef de la Révolution haïtienne. Son génie militaire et son sens politique ont transformé toute une société d’esclaves en l’État noir indépendant d’Haïti. Le succès de la Révolution haïtienne a ébranlé l’institution de l’esclavage dans tout le Nouveau Monde. 

Samuel Dalembert
Centre de basket-ball

Samuel Davis Dalembert est un joueur de basket-ball professionnel haïtien-canadien qui joue actuellement pour les Dallas Mavericks de la NBA. Dalembert a commencé à jouer à Montréal, au Québec, et a joué au basketball collégial à l’Université Seton Hall dans le New Jersey. Dalembert est connu pour son excellente capacité de blocage des tirs; il a en moyenne environ deux blocs par match au cours de sa carrière NBA, le plaçant parmi l’élite de la ligue dans cette catégorie. 

Adonis Stevenson
Boxeur professionnel

Adonis Stevenson est un boxeur professionnel canadien d’origine haïtienne, surnommé « Superman ». Bien que Stevenson se batte généralement en tant que super-moyens, depuis le 8 juin 2013, il est le champion en titre des poids lourds légers de Lineal, WBC et The Ring. Stevenson a remporté ces titres contre l’ancien champion Chad Dawson dans sa ville natale d’adoption, Montréal. 

Jimmy Jean-Louis
Acteur

Jimmy Jean-Louis est un acteur et mannequin haïtien surtout connu pour son rôle de The Haitian dans la série télévisée NBC Heroes. Né à Pétionville, il s’installe à Paris à un jeune âge pour poursuivre une carrière de mannequin. Ses premiers rôles ont été dans des comédies musicales françaises et des publicités télévisées. S’installant finalement à Los Angeles à la fin des années 1990, il a eu de petits rôles dans The Bourne Identity et Arliss avant de se lancer dans des rôles plus importants à la télévision et au cinéma américains. 

Alexandre Pétion
Politicien

Alexandre Sabès Pétion fut le premier Président de la République d’Haïti de 1807 jusqu’à sa mort en 1818. Il est considéré comme l’un des pères fondateurs d’Haïti, avec Toussaint Louverture, Jean-Jacques Dessalines et son rival Henri Christophe.

Jean Baptiste Point du Sable
Personne décédée

Jean Baptiste Point du Sable est considéré comme le premier résident permanent de ce qui est devenu Chicago, Illinois. On sait peu de choses de sa vie avant les années 1770.  Point du Sable est devenu le « fondateur de Chicago ». À Chicago, une école, un musée, un port, un parc et un pont ont été nommés ou renommés en son honneur ; et l’endroit où il s’est installé à l’embouchure de la rivière Chicago dans les années 1780 est reconnu comme un monument historique national, maintenant situé à Pioneer Court.  

Raoul Peck
Réalisateur

Raoul Peck est un cinéaste haïtien primé, de documentaires et de longs métrages, et un militant politique. Brièvement, dans les années 1990, il était ministre de la Culture d’Haïti.

Chance Mervil
Auteur-compositeur-interprète

Luck Mervil est un acteur et auteur-compositeur-interprète haïtien-canadien. Il est connu pour sa croyance en l’indépendance du Québec et a été nommé Patriote de l’année par la Société Saint-Jean-Baptiste en 2005. Mervil était porte-parole du Centre canadien d’études et de coopération internationales. Avant de créer sa propre ONG Vilaj vilaj. 

Dany Laferrière
Romancier

Dany Laferrière, du nom de Windsor Kléber Laferrière, (né le 13 avril 1953 à Port-au-Prince, Haïti), auteur canadien d’origine haïtienne connu pour ses œuvres lyriques qui abordent souvent l’expérience des immigrants. 

Faustin Soulouque
Politicien

Faustin-Élie Soulouque ou Faustin I. Il était officier de carrière et général dans l’armée haïtienne lorsqu’il fut élu président d’Haïti en 1847. En 1849, il fut proclamé empereur d’Haïti sous le nom de Faustin I. 

Lairvius Narcisse
Homme

Clairvius Narcisse est un Haïtien qui aurait été transformé en zombie vivant par une combinaison de drogues. Après avoir enquêté sur des rapports de « zombies », les chercheurs ont cru que Narcisse avait reçu une dose de mélange chimique contenant de la tétrodotoxine et de la bufotoxine pour induire un coma qui imitait l’apparence de la mort. 

Frankétienne
Dramaturge

Frankétienne est auteur, poète, dramaturge, musicien et peintre. Il a écrit en français et en créole haïtien. En tant que peintre, il est connu pour ses œuvres abstraites colorées, mettant souvent l’accent sur les couleurs bleu et rouge. Il a été candidat au prix Nobel de littérature en 2009.

Jeanne Duval
Personne décédée

Jeanne Duval était une actrice et danseuse d’origine haïtienne d’ascendance mixte française et noire africaine. Pendant 20 ans, elle fut la muse du poète et critique d’art français Charles Baudelaire. Ils se sont rencontrés en 1842, lorsque Duval a quitté Haïti pour la France, et les deux sont restés ensemble, quoique de façon orageuse, pendant les deux décennies suivantes. Duval aurait été la femme que Baudelaire aimait le plus, dans sa vie, après sa mère. Elle est née en Haïti à une date inconnue, vers 1820. Les poèmes de Baudelaire qui sont dédiés à Duval ou lui rendent hommage sont : Le balcon, Parfum exotique, La chevelure, Sed non satiata, Le serpent qui danse et Une charogne. Baudelaire l’appelait « maîtresse des maîtresses » et sa « Vénus Noire », et on pense que, pour lui, Duval symbolisait la beauté dangereuse, la sexualité et le mystère d’une femme créole au milieu du XIXe siècle en France. 

Jacques Roumain
Romancier

Jacques Roumain était un écrivain, homme politique et défenseur du marxisme haïtien. Il est considéré comme l’une des figures les plus marquantes de la littérature haïtienne. Bien que mal connu dans le monde anglophone, Roumain a de nombreux adeptes en Europe, et est réputé dans les Caraïbes et en Amérique latine. Le grand poète afro-américain Langston Hughes a traduit certaines des plus grandes œuvres de Roumain, dont les Gouverneurs de la Rosée. Bien que sa vie ait été courte, Roumain a réussi à toucher de nombreux aspects de la vie et de la culture haïtiennes. 

Anténor Firmin
Politicien

Joseph Auguste Anténor Firmin, plus connu sous le nom d’Anténor Firmin, était un anthropologue, journaliste et homme politique haïtien. Firmin est surtout connu pour son livre De l’égalité des races humaines, qui a été publié en réfutation à l’ouvrage du comte Arthur de Gobineau, Essai sur l’inégalité des races humaines. Le livre de Gobineau affirmait la supériorité de la race aryenne et l’infériorité des noirs et des autres personnes de couleur. 

Dumarsais Estimé
Politicien

Léon Dumarsais Estimé a été président d’Haïti du 16 août 1946 au 10 mai 1950. Il a été le premier chef d’État noir depuis la fin de l’occupation américaine d’Haïti en 1934. 

Jean Price-Mars
Auteur

Jean Price-Mars, né à Grande Rivière du Nord, était un enseignant, diplomate, écrivain et ethnographe haïtien. Price-Mars a été secrétaire de la légation haïtienne à Washington et chargé d’affaires à Paris. 

Coupé Cloué
Artiste musical

Jean Gesner Henry, plus connu sous le nom de Coupé Cloué, était un chanteur, guitariste et chef d’orchestre haïtien. Il était connu pour avoir défini un style de musique compas haïtienne qu’il appelait kompa mamba, et pour les insinuations parfois obscènes utilisées dans ses chansons. Au cours de sa carrière, il a été l’un des musiciens les plus en vue d’Haïti et a également rencontré beaucoup de succès en Afrique de l’Ouest. 

Ertha Pascal Trouillot
Politicien

Ertha Pascal-Trouillot a été présidente provisoire d’Haïti pendant 11 mois en 1990 et 1991. Elle a été la première femme de l’histoire d’Haïti à occuper ce poste.

Silvio Cator
Athlète olympique

Sylvio ou Silvio P. Cator était l’athlète haïtien qui a le mieux réussi le saut en longueur. Né à Cavaillon, en Haïti, Cator était un footballeur qui a joué pour le Trivoli Athletic Club et le Racing Club Haitien. Il a participé aux Jeux olympiques d’été de 1924 à Paris au saut en hauteur, où il a terminé 15e, et au saut en longueur, où il est arrivé 12e. 

Maurice Sixto
Homme

Maurice Alfredo Sixto a été professeur, traducteur, guide touristique et ambassadeur.  Sixto restera dans la culture haïtienne pour ses contributions à la littérature orale. Sa capacité à utiliser le créole haïtien riche, descriptif et emblématique crée un récit qui montre le vrai visage de la culture haïtienne. Sixto préface chaque histoire avec Regards sur choses et gens entendus. 

Toto Bissainthe
Chanteur

Marie Clotilde “Toto” Bissainthe était une actrice et chanteuse haïtienne connue pour son mélange innovant de thèmes et de musique traditionnels vaudous et ruraux avec un lyrisme et des arrangements contemporains. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>